banniere

S’aimer contre la connerie

J’aurais voulu appeler ce billet « Fucktrump »… Mais ça aurait fait mauvais genre sur ma page de garde…

J’avais juste l’envie de répliquer à toutes ses interdictions insensées par un billet rempli d’amour pas assez conventionnel pour lui…

Si on donne les rennes du monde à des fous, espérons que les gens qui s’aiment parviendront à le faire tourner droit à nouveau…

Luigi et Jo s’aiment… Ca c’est certain! Ils se sont trouvés, une histoire de timing et de destin, ensuite à eux d’écrire l…Mais a suite. Moi je suis fière d’être spectatrice de ce tsunami d’amour entre deux êtres…

Alors, après, que les amoureux soient hétéros, homos, lesbiennes, manchots, roux, black , top models ou gros, je m’en cogne mais carrément…

Si toi aussi tu as envie de te filer un petit coup d’amour dans les yeux…Regarde ce qui ne peut pas mentir et tout ce que je te souhaite, c’est de pouvoir dire « Moi aussi j’aime comme ça »…

 

#Retrouvez « Tellement lui » sur son blog et pour le reste, je vous souhaite bcp d’amour à tous…

Un sac de billes… Et des émotions à n’en plus finir

Voilà, ça c’est fait…

J’ai vu ce film…. Le film dont nous connaissons presque tous le titre, Un sac de billes.

L’histoire vraie de Joseph Joffo, de sa famille, de la guerre… D’une famille juive pendant l’occupation française.

Et bien cela fait bien longtemps que je n’avais pas vu un film aussi troublant et poignant… Si vrai, à la virgule près, si proche aussi que cette guerre et ses ravages, vus de l’intérieur, je les ai ressentis au plus profond de mon coeur…

Un sac de billes c’est l’histoire de Maurice et Joseph, ces deux gamins d’un père coiffeur à Paris.

Deux gamins que leurs parents décident d’envoyer en terre libre, à Nice. Mais sans eux, pour ne pas se faire repérer…Sans se retourner…

Et le road movie commence… Les dangers de se retrouver seuls à cet âge sur les routes, les allemands qu’il faut éviter, la vie qu’il faut préserver… Son identité qu’il faut étouffer un temps, tout en restant fier de « qui on est ».

Et combien de fois mon coeur de maman a pleuré des larmes que mes yeux n’ont pas contenus… Combien de fois j’ai été leur mère durant ces presque deux heures…

J’en suis sortie épuisée mais tellement remplie de la vie que le destin m’a donné, une vie loin des expériences de ces deux gosses…

Deux frères dont le lien est un « Sauve la vie »…

Alors aujourd’hui j’ai eu une chance extrême… J’ai rencontré l’un deux… Joseph.

Joseph est un bien grand garçon maintenant, mais ses yeux pétillent de cette vie là! Celle qui le rend terriblement jeune à jamais…

Et ce n’est pas tout… Ce film est une réussite de par son histoire bien entendu, mais aussi de par ses interprètes… Un casting sur mesure.

Patrick Bruel est ce père qui insuffle le courage, Elsa Zilberstein, cette maman qui aime si fort et qui doit dompter sa peur mais, ensuite, la révélation ultime…Les deux enfants…On les diraient frères dans notre vie actuelle… Et ce jeu, je me suis laissée prendre par leur jeu. Il y a vraiment de grands acteurs chez les enfants…

Voyez ce film, ne passez pas à coté, mais voyez le avec vos enfants, transmettez leur ce message, celui qui explique le prix de la vie et de la liberté, de la famille et de ces liens indélébiles…

J’irai encore le revoir, avec les miens, pour qu’à leur tour ils prennent conscience que la vie est un cadeau précieux…

Merci à Patrick Bruel pour ce moment passé cet après-midi, un moment hors du temps, des réponses à mes questions concernant sa motivation à participer à l’aventure. Si il a sauté à pied joints dans l’histoire, c’est aussi grâce à Dorien Le Clech, le Joseph de l’histoire. Un gamin qui vit l’histoire…Qui bouleverse.

Merci aussi au vrai Joseph, le rencontrer m’a noyé la poitrine de cette émotion qu’il faut avaler afin de pouvoir sortir une phrase qui porte un sens…

Merci à son regard souriant, sa bonhomie… C’est la vie qu’il porte haut!

Un sac de billes… Le film sort le 25 janvier dans nos salles en Belgique …

16121592_10154844358973913_798509663_o 16129464_10154845421128913_1434312330_o patrick bruel-2390-2 patrick bruel-2387-2 patrick bruel-2361 patrick et eli-2414

Petit clin d’oeil pour cette image sur laquelle j’ai pu rassembler Joseph Joffo, Patrick Bruel, la journaliste Elisabeth Clauss et le réalisateur Christian Duguay qui, pour l’instant de mes photos, est devenu mon technicien de la lumière de première classe!
285393
Retrouvez d’autres photos de cet instant que j’ai eu la chance de réaliser pour le Elle Belgique.

Dans les abîmes de Denis Meyers #remembersouvenir

Rencontre

Il était une fois un homme, un homme blessé mais qui avait une arme indestructible, la création.

Il était une autre fois un bâtiment digne comme un paquebot, majestueux, grandiose, mais dont les feux s’étaient éteint il y a plusieurs années déjà… Un roi dans l’ombre qui se mourrait.

Alors quand le premier rencontre le second, presque à l’agonie, il s’appuie sur son ossature pas encore frêle mais grisonnante afin de renaître grâce à lui, d’exulter, de devenir le Phoenix, pour eux deux.

L’artiste, c’est Denis Meyers, un artiste multirécidiviste, qui écrit, dessine, coordonne.

Le second, c’est le bâtiment Solvay à Bruxelles, des milliers de mètres carrés d’une architecture qui n’existera plus jamais dans notre paysage. Une façon d’avant, avec des matériaux nobles comme le travertin, le parquet, un bâtiment construit en plusieurs étapes, qui ont longtemps cohabitées mais qui ne seront plus dans quelques jours, promis à la destruction afin de laisser une nouvelle construction s’ériger, la loi du temps…

Pour lui, pour Denis, ces mètres carrés sont autant d’espaces pour y laisser s’échapper ses tortures personnelles, ses fantômes, ses démons, ses désespoirs, une partie d’un passé à laisser glisser et quand les grands murs tomberont, c’est ce chapitre qui pourra partir en poussière, il a écrit l’histoire de cette façon, rêvant même d’être aux commandes des machines qui abattront le mastodonte!

Mais laisser une trace de ce travail titanesque était un passage obligé, pour ne pas oublier.

Alors donc, si pendant des jours et des nuits, dans le froid, le noir, la solitude, cet homme a laissé son passé s’inscrire au travers des bombes noires, il n’a pas hésité à ouvrir la porte aux photographes désireux de témoigner de son oeuvre.

Remember / Souvenir, voilà le nom que Denis Meyers a étiqueté sur ce travail magistral, suffoquant!

Demain soir les portes s’ouvriront afin que l’ont puisse témoigner de ce passage, avant qu’il ne s’écroule, très bientôt.

Alors à mon tour de lever le voile sur ce que mes yeux ont vu, accompagnés par Denis…

Ce qui m’intrigue? Qui sera le Denis d’après, celui qui retrouvera les traces de ce moment dans les livres et les photos, comment sortir indemne de ce passage hors du commun? Comment ne pas oublier quand les murs tomberont?

L’histoire le dira, peut-être.

Voilà quelques images, je ne pourrai pas tout vous montrer maintenant, il faut je pense pourvoir le vivre en vrai avant de le voir au travers des photos.

denis meyers-8931 denis meyers-8955 solvay denis meyers-9780-2 denis meyers solvay-9953 denis meyers solvay-9886 denis meyers solvay-9817 denis meyers solvay-9779 denis meyers solvay-9768 denis meyers solvay-9692 denis meyers solvay-9574 denis meyers solvay-9543 denis meyers solvay-9504 denis meyers solvay-9433 denis meyers solvay-9426-2 denis meyers solvay-9397 denis meyers solvay-9383 denis meyers solvay-9318 denis meyers solvay-9288 denis meyers solvay-9183 denis meyers solvay-9107 denis meyers solvay-9019

remember souvenir denis meyers-1543

Merci Denis pour ce passe droit, je me sens privilégiée de pouvoir témoigner de cette oeuvre impressionnante, intimidante et presque impudique. #remembersouvenir
Pour plus d’infos, voilà le site réalisé pour l’occasion

Sophie, inspirante

Sophie Nollevaux c’est une nana incroyable.

Elle travaille sur la scène médiatique, parfois elle présente, parfois elle coordonne, elle a des tas de casquettes, c’est une nana de notre époque. Elle vit, elle rit, elle s’adapte à 100 à l’heure!

Sophie a de la ressource, une grande féminité et un regard plein de malice… Quand elle rit c’est pour de vrai, quand elle t’écoute aussi!

Merci Sophie pour ta confiance qui me touche! J’espère avoir pu rendre un peu de tes 1000 facettes!

sophie nollevaux-4129sophie nollevaux-4137sophie nollevaux-3496 sophie nollevaux-3504 sophie nollevaux-3688 sophie nollevaux-3753 sophie nollevaux-3839 sophie nollevaux-3845 sophie nollevaux-3860 sophie nollevaux-3912 sophie nollevaux-3933  sophie nollevaux-4039  sophie nollevaux-4191 sophie nollevaux-4235 sophie nollevaux-4241

#Belle Sophie!

Saudade

Connaître la saudade, c’est se survivre à soi-même

 

 

 

 

 

# Tu connais la Saudade? Si tu vis, si tu as connu l’intensité, tu as connu la saudade… Nostalgie nécéssaire, douce mélancolie, la saudade te rappelle à la vie…

# Voir chez les enfants des sentiments parfois très forts et ne pas les nier… L’enfance vit la saudade aussi… Elle en a besoin pour mourir et laisser l’autre âge grandir…

#Les cols et chapeau viennent de chez Chantier Art House… Un magasin/Galerie d’art dans lequel j’exposerai quelques photos très très prochainement… Hohohoooo! Pour en savoir plus, va voir sur la page Facebook!…

 

 

Before/After

 Darkness and hope

 

Bientôt la suite… Mais pour que tu saches que je ne t’oublies pas…

# Model : Eva Cellier / Make Up : Bo Vander S

# Grandir, les découvertes, les chutes, les souvenirs, les espoirs… Et continuer…

# Tu en veux encore? Viens voir sur ma page facebook : https://www.facebook.com/GanaelleGlumePhotography

 

 

 

Squaw

 Un esprit que j’affectionne, un univers que j’aime explorer…

Allez découvrir les sublimes photos de Curtis, un beau voyage en terre inconnue…

 

# Véritable coiffe indienne, une trouvaille… Si vous avez cela qui traine chez vous, je suis preneuse!

# Je sais, je sais, encore des photos de Thémis, mais c’est vraiment facile aussi! ^_^

 

Pour ma part, je suis complètement « baba » de ce dessin de Mini & Maximus disponible sur le site de Bodie & Fou

 

 

 

Wood

Jeune fille

Une série que je prépare depuis quelques semaines, il est grand temps de vous la montrer maintenant!

La jolie Mathilde comme une petite Elfe dans les bois…

Merci à elle pour sa patience et à vous de me laisser vos impressions…

Pour les vêtements que porte Mathilde, chacun d’eux fait partie de la collection de cet hiver.Le Gilet et la blouse sont de Patrizia Pepe, le short bleu est de chez Lacoste et le head band est d’une ancienne collection de In Dress.

De mon côté, je suis en train de bidouiller un petit site internet afin de pouvoir vous présenter mon travail plus simplement… Je viens vite vous le faire découvrir…

Et je ne remercie pas facebook pour ses censures, mais je vous invite à rejoindre ma page photo pour y découvrir plus d’images…

 

 

 

 

 

 

 

 

# Plus de photos sur ma page facebook et sur mon futur site internet… héhéhé!

 

 

 

autre vision

 Naked

Longtemps que je prépare de nouvelles images, longtemps que j’ai l’envie d’explorer un univers plus féminin, plus essentiel…

Voici une première image.

Si vous aimez, vous pouvez liker ma page photo sur facebook et vous pourrez suivre l’évolution de cette nouvelle aventure photographique…

Vos commentaires sont essentiels pour moi, ils sont le baromètre de votre sensibilité à ce travail… J’en ai besoin… Merci à ceux qui prendront le temps de me laisser quelques mots, ici ou sur la page facebook…

 

# Merci de ne pas utiliser les images sans permission, elles ne sont pas libres de droit.